Motivation et bien-être au travail : résultats 2015

1 juin 2015

Le baromètre annuel sur la motivation et le bien-être des salariés, réalisé par Edenred et Ipsos, vient de livrer ses résultats. Pour cette dixième édition, un accent tout particulier a été mis sur l’observation de la révolution digitale et son impact sur le monde du travail. Cette enquête rassemble les réponses de 13600 salariés dans 14 pays européens, dont 800 en Belgique.

Le bien-être et la motivation sont deux composantes très importantes pour Edenred. En tant que fournisseur de solutions de motivation pour les salariés, il est essentiel pour nous de pouvoir mesurer les enjeux et les attentes afin d’y répondre de manière adéquate. C’est dans cette optique que nous avons développé, par exemple, le concept d’Ideal Meal et le programme FOOD. Pour cette dixième édition du baromètre Edenred-Ipsos, nous avons voulu analyser plus en profondeur l’importance grandissante du digital dans nos entreprises. Comment est-elle vécue par les travailleurs ? Quel est son impact sur la motivation des travailleurs ?

Confiance en berne

Au vu des résultats, la Belgique se positionne parmi les pays d’Europe dont les salariés sont peu confiants en l’avenir. La première préoccupation des salariés belges interrogés est le temps consacré au travail (35%), à égalité avec le maintien de l’emploi. La préoccupation du temps consacré au travail est en forte augmentation (+10%) par rapport à 2014. L’importance du salaire recule, notamment en raison des avantages extra-légaux (chèques-repas, éco-chèques…), bien implantés en Belgique et dont le Belge est satisfait. Bien que les travailleurs belges se montrent plus « heureux au travail » que la moyenne européenne, leur regard sur la qualité de vie professionnelle et leur niveau de motivation au quotidien sont plus fragiles qu’en 2014.

L’enjeu de la digitalisation

La plupart des salariés belges (68 %) se disent familiers avec les nouveaux outils de communication et l’usage du digital. Parmi les managers, ils sont 84 % à le penser contre 76 % chez les salariés de moins de 35 ans et 66 % chez les salariés de plus de 55 ans. Au niveau de la pénétration du numérique dans leur entreprise, la vision des travailleurs est beaucoup plus contrastée. Près d’un tiers des personnes interrogées estiment que leur entreprise est « en retard » sur le digital. A noter que les initiatives liées aux numérique sont plus présentes dans les grosses entreprises (+ de 5000 salariés) et au sein des secteurs de la Finance, des assurances et des services en particulier.

Digitalisation vs Motivation

L’impact du digital sur la motivation des travailleurs est jugé de manière positive – chez les managers notamment – ou neutre pour les aspects suivants : autonomie, collaboration entre équipes, qualité des relations clients, compétences, etc. Les avis sont toutefois plus partagés à propos de l’équilibre de vie et des comportements managériaux. Nous sommes convaincus chez Edenred que la digitalisation peut apporter un meilleur équilibre vie privée/vie professionnelle et ainsi répondre à certaines attentes manifestées par les travailleurs. L’enjeu du digital est de réussir à fournir aux salariés des outils à leur service et non des contraintes supplémentaires. C’est en réinventant les modes de travail, les lieux et les moments, que nous y parviendrons. Chez Edenred, par exemple, nous travaillons selon la méthode Agile.

Solutions dématérialisées, satisfaction conservée

L’enquête Edenred-Ipsos mesure également la satisfaction à l’égard de la rémunération des salariés et des solutions périphériques de rémunération. Si la préoccupation des salariés belges à l’égard de leur salaire a reculé de 2 % par rapport au baromètre de 2014, leurs attentes restent fortes à ce sujet. Un salarié sur trois dispose de « périphérique de rémunération » de la part de son entreprise. Ceux qui en bénéficient manifestent un haut degré de satisfaction à leur égard. Parmi les 800 personnes interrogées, 41 % bénéficient d’une cantine d’entreprise, 40 % bénéficient de chèques-repas et 37 % reçoivent des éco-chèques. Concernant les éco-chèques, l’arrivée d’une version digitale est attendue par 32%.

Edenred, convaincu du digital

En tant qu’émetteur de solutions – de plus en plus – dématérialisées, nous observons et mesurons de manière significative, l’impact positif du digital sur notre quotidien et celui des utilisateurs de nos produits. Après avoir transposé les titres-repas papier au format électronique – et dont l’utilisation sera complètement généralisée dès le 1er octobre 2015 -, nous avons pu voir à quel point la version digitale des chèques-repas avait trouvé sa place. Cette place a notamment pu être renforcée par différents outils conçus pour le consommateur, comme l’application mobile TicketFinder, qui permet aux bénéficiaires de la carte Ticket Restaurant® de pouvoir consulter le solde disponible sur leur carte à tout moment ainsi que de retrouver très rapidement les magasins autour d’eux qui acceptent les solutions Edenred (carte Ticket Restaurant®, Ticket EcoCheque® et Ticket Compliments®). Par ailleurs, l’e-couponing ou les promos disponibles via des plateformes en ligne équivalentes au PC banking sont venus renforcer l’offre de services à disposition des bénéficiaires des solutions Edenred.

Vers un e-eco-chèque ?

Bientôt, les éco-chèques devraient suivre la même voie, le cadre légal étant attendu en 2016. La mise à jour récente des achats possibles via éco-chèques ouvre d’ailleurs la voie à ce tournant technologique, avec l’apparition de la mobilité partagée (vélos, voitures…), pour laquelle une solution digitale serait parfaite et permettrait de rencontrer davantage les souhaits des utilisateurs.

Infographie : motivation et bien-être des salariés

Share Button

Soumettre un commentaire