Les éco-chèques électroniques, ce qui change pour vous

29 avril 2016

Depuis le 1er janvier 2016, les éco-chèques peuvent être émis au format électronique. Ils suivent ainsi la voie tracée par les chèques-repas qui n’existent plus que sur ce seul format électronique depuis le début de cette année. Concrètement, comment cela va-t-il se passer pour vous qui recevez des éco-chèques de la part de votre employeur ? Réponse dans cet article !

Depuis le 1er janvier 2016, le cadre légal autour des éco-chèques électroniques est connu. Début mars 2016, Edenred était le premier émetteur à recevoir officiellement l’agrément pour pouvoir émettre les éco-chèques électroniques. Ceux-ci pourront donc bientôt entrer en circulation en Belgique.

Chèques-repas et éco-chèques électroniques sur une même carte

Concrètement, les éco-chèques électroniques seront versés sur un compte. Celui-ci sera accessible via une carte à puce, elle-même utilisable sur les terminaux de paiement de nombreux commerces et fournisseurs de services. Pour les salariés qui bénéficient déjà d’une carte Edenred pour leurs chèques-repas électroniques, c’est cette même carte qui leur permettra d’utiliser leurs Ticket Ecocheque® et leurs Ticket Restaurant® (technologie dite « multiwallet », soit deux portefeuilles qui sont accessibles au départ d’une même carte).

Le papier reste une possibilité

Le passage aux éco-chèques électroniques n’est pas (encore) une obligation. Les employeurs ont encore le choix de commander des éco-chèques au format papier s’ils le souhaitent. En tant que salarié, selon le choix que posera votre employeur, les prochains éco-chèques que vous recevrez seront soit versés sur la même carte que vos Ticket Restaurant®, soit au format papier comme précédemment. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre employeur pour en savoir plus.

Un cadre légal en constante évolution

Depuis le 1er mars 2016, vous pouvez acquérir plus de biens ou de services avec vos éco-chèques. Le Conseil national du travail (CNT) a en effet revu la liste des possibilités d’utilisation des éco-chèques et l’a notamment élargie à l’installation, la réparation et l’entretien de produits écologiques. Cela concernera notamment les panneaux solaires, les vélos, les chaudières à haut rendement, les installations LPG, textiles de seconde main, etc. Pour rappel, en juin 2015, le CNT avait déjà étendu la liste des produits payables en éco-chèques. L’accent avait notamment été mis sur les objets de seconde main, la mobilité douce, le tourisme responsable (avec l’apparition des infrastructures « Clef Verte »), les économies d’énergie (via l’électroménager ou des travaux dans la maison), etc.

Share Button

Soumettre un commentaire