Des étiquettes alimentaires bientôt plus claires

5 août 2014

Depuis de nombreuses années déjà, l’Union Européenne peaufine ses réglementations pour améliorer notre information sur les produits alimentaires et les boissons.

Fin octobre 2011, un nouveau règlement européen sur l’information des consommateurs a été publié. Un de ses objectifs est de rendre les étiquettes des aliments et boissons plus claires et compréhensibles afin de permettre aux consommateurs de choisir en toute connaissance de cause.

Décryptage de ce qui va changer à partir de fin 2014.

Nous serons, à l’avenir, mieux informés sur différents aspects :

Dès fin 2014 

      • Les étiquettes seront plus lisibles : une taille minimale des caractères va être imposée. Certains fabricants ont déjà pris le pli, mais dorénavant, plus personne n’y échappera !
      • Les listes d’ingrédients seront plus faciles à déchiffrer pour les personnes allergiques ou présentant des intolérances alimentaires. En effet, les ingrédients « allergènes » appartenant à la liste reprise dans la réglementation (par exemple les fruits à coques, la moutarde, le sésame, les céréales contenant du gluten) devront être mis en évidence par rapports aux autres ingrédients (en gras, en italique, dans une autre couleur…).
      • Le terme « huile végétale » n’aura plus de secret pour nous, étant donné qu’il sera obligatoire pour les fabricants de mentionner l’origine de l’huile utilisée. Plus de risque de consommer de l’huile de palme à notre insu !

Dès fin 2016 : des changements en perspective pour la déclaration nutritionnelle 

  • Alors qu’elles ne sont actuellement obligatoires que dans certains cas, on retrouvera bientôt des informations nutritionnelles sur presque tous les produits.
  • Pour le sel : actuellement, c’est la teneur en sodium (composant du sel qui ne doit pas être consommé en trop grande quantité) qui est mentionnée dans les tableaux de composition nutritionnelle. À l’avenir, les fabricants noteront directement le grammage en sel du produit. Plus facile !
  • On ne mentionnera plus la teneur en cholestérol des produits. En effet, si on doit faire attention à son taux de cholestérol sanguin, il faut surtout réduire sa consommation d’acides gras saturés (et d’acides gras trans) ; le cholestérol alimentaire n’a que peu ou pas d’influence.

Plus d’infos sur : www.ciriha.org

Share Button

Soumettre un commentaire