Verdir Bruxelles avec Vert d’Iris International

2 avril 2015

Vert d’Iris, c’est une coopérative qui s’inscrit totalement dans une réflexion sur l’alimentation durable. Ici, l’accent est mis sur la qualité des fruits et légumes frais, dans une logique de circuits-courts et potagers urbains.

En novembre dernier, nous avions fait la rencontre de Frédéric Morand, venu présenter le projet d’aquaponie à l’évènement du Rabad sur le poisson durable. Nous sommes allés à sa rencontre pour en savoir plus sur le projet global de la coopérative dont il fait partie : Vert d’Iris International située à Anderlecht.

Le potager Betterave Enz

« Notre cœur de métier, ce sont les produits frais », explique d’emblée Frédéric Morand. Grâce au potager « Betterave Enz. » situé à Neerpede (Anderlecht), la coopérative dispose d’un espace de 37 ares pour y cultiver tous les fruits et légumes nécessaires à son activité. « C’est un potager agro-forestier certifié bio où les planches maraîchères alternent avec des rangées d’arbres fruitiers basse tige. Il nous permet d’assurer la livraison de plantes, fruits, légumes, fleurs », précise Frédéric Morand. Le public cible ? Des restaurateurs bruxellois – pour la plupart Slow Food – mais aussi des clients particuliers qui viennent directement au comptoir.

Des projets à la pelle

Outre la gestion du potager, Vert d’Iris International est impliquée dans de nombreux projets. « Nous vendons également des bacs de culture aux écoles, particuliers, communes… et organisons des activités pédagogiques notamment via un programme d’apprentissage en entreprenariat social sur l’alimentation durable (formation par le travail) », détaille Frédéric. A cela, on peut également ajouter la production de fruits et légumes séchés par déshydratation et la dimension « verdurisation » – création d’espaces verts – de la coopérative. « Nous assurons des missions de verdurisation et de sensibilisation via le maraîchage urbain dans le quartier de Cureghem (Anderlecht). Via l’initiative baptisée « Fruteghem », par exemple, nous avons planté des arbres fruitiers sur différents sites à Bruxelles en concertation avec les pouvoirs publics, des citoyens et associations. Le but, c’est de lutter contre la précarité nutritionnelle et paysagère que l’on peut observer à Bruxelles. », explique-t-il.

Et l’aquaponie dans tout ça ?

Poster 3webPour rappel, l’aquaponie, c’est un système qui permet d’élever des poissons et cultiver de fruits/légumes en circuit fermé et en milieu urbain de surcroit. Ce projet est réalisé en collaboration avec le Rabad (Réseau des acteurs bruxellois pour l’alimentation durable). « Cela consiste à coupler l’élevage de poissons à la production de légumes. L’eau qui circule dans le système est enrichie en nutriments par les poissons et ensuite filtrée par les légumes qui y puisent les éléments nécessaires à leur croissance. L’eau est les déchets sont recyclés naturellement, ce qui permet une double économie », explique Frédéric Morand. Le projet est en test depuis 2011 et actuellement, entre 10 et 15 poissons composent ce dispositif. « Le problème majeur réside toujours dans l’évacuation des déchets solides. Lorsque ce sera satisfaisant, et qu’on en aura le budget, on généralisera », sourit Frédéric.

Devenir coopérateur…

Pour aider à la réalisation de tous ces projets, Vert d’Iris International peut compter sur des subsides, mais ceux-ci ne suffisent pas. Actuellement, une trentaine de coopérateurs soutiennent Vert d’Iris International. Si vous aussi, vous souhaitez apporter votre pierre, vous pouvez devenir coopérateur et contribuer au capital social (à partir de 100 € – max 5000 €). La porte est ouverte à tout le monde (citoyens et organisations).

http://vertdiris.net/cooperez/

…ou bénévoles

Si vous souhaitez apporter une autre aide que financière à la coopérative, vous pouvez participer à ses nombreuses activités. « Nous sommes toujours à la recherche de bénévoles pour nous aider à entretenir le potager. On communique régulièrement à ce sujet, et ceux qui viennent nous donner un petit coup de main sont rémunérés en fruits et légumes », sourit Frédéric.

En savoir plus ?

http://vertdiris.net/ – Facebook

Share Button

Soumettre un commentaire